L'enfant revenant #1 - Aphonse et Cie

Dans ce nouveau projet, Valérie Charpinet met en scène un texte de Suzie Bastien, autrice québecoise

l’histoire L’enfant revenant  est l’histoire d’une famille qui tente de survivre après la disparition de l’aîné de la fratrie, le jour de ses 10 ans ou plutôt la nuit. Tous dormaient quand l’enfant a disparu : enlevé… par qui, pourquoi ? Parti… à cause de quoi, de qui ? Vingt ans après, arrive cette journée si particulière : l’anniversaire de Samuel et donc celui de sa disparition. Comment fêter ce jour ? Ouvrir le musée du petit Samuel, soigneusement entretenu toute l’année par la mère, regarder des photos, faire un gâteau, chanter peut-être. Les mêmes questions, une fois par an. Et ce jour-là, vingt ans après, on sonne à la porte...

note d’intention La famille, la fratrie, les liens de famille, les textes de Suzie Bastien explorent ces endroits où l’on cherche sa place désespérément. Dans Épicentre , Youlie, petite fille sauvage avec une touffe de poils roux sur la joue, voudrait que son père la voie et va apprendre qu’il n’est pas toujours facile de survivre à ses parents. Lukalila , un seul nom pour deux, frère et sœur siamois liés l’un à l’autre par un pied,  tellement proches même si séparés par une opération qu’ils ne pourront aller l’un sans l’autre. Tous ces personnages sont pris dans cette bataille incessante pour exister, être reconnu par un frère, une mère, un père, s’assurer une place dans le cœur de chacun, une place au monde,  une place qu’on voudrait si singulière, qu’on espère unique, qu’on sait différente pour chaque membre de cet étrange corps : la famille.
 
l’espace Tout au long des douze scènes qui constituent la pièce, on passe de la chambre des parents, à celle d’Alex, de la cuisine à la pièce commune, dans une écriture qui ne s’embarrasse pas de détail prosaïque. Une certitude : nous sommes à l’intérieur. À l’intérieur de la maison, de l’enfermement de chacun dans sa fiction. A l’intérieur, comme dans ces séries de téléréalité où le spectateur se fait voyeur, où « dehors » n’existe pas.
 
En lien avec ce projet, des actions d'Education Artistique et Culturelle sont développées auprès des élèves des collèges de POnt en Royans et St Jean en Royans
SPECTACLE